25 clés pour une application dynamique des NEP

Le département formation de la CNCC vous présente sa formation en liaison avec le commissariat aux comptes sur le thème suivant : 25 clés pour une application dynamique des NEP

Testez vos connaissances en répondant aux 15 questions suivantes

Les NEP 315 et 330 sont les deux normes définissant l’approche d’audit par les risques.

Le commissaire aux comptes doit vérifier le respect de l’ensemble des textes légaux et réglementaires qui peuvent avoir une conséquence financière significative pour l’entité.

Le seuil de planification permet de fixer le montant minimum des éléments à contrôler lors des contrôles de substance.

Le commissaire aux comptes doit trouver la réponse adaptée à l’ensemble des risques d’anomalies significatives résultant de fraudes identifiés.

La présomption de risque d’anomalies significatives résultant de fraudes dans la comptabilisation des produits ne concerne que des produits complexes, de montant inhabituellement élevé ou sans justification économique.

Le commissaire aux comptes doit répondre aux risques sur les comptes pris dans leur ensemble, appelés aussi « risques diffus », par la mise en oeuvre de procédures d’audit spécifiques.

Lorsque le risque d’anomalies significatives est Faible sur un compte significatif, il n’y a pas de procédures d’audit complémentaires à mettre en oeuvre.

Lorsqu’il identifie un risque inhérent élevé requérant une démarche d’audit particulière, le commissaire aux comptes doit systématiquement mettre en oeuvre des contrôles de substance spécifiques.

Par l’effet de la partie double des écritures comptables, lorsqu’on a démontré la juste mesure des ventes, on a aussi démontré la correcte évaluation des créances clients.

La mise en oeuvre des procédures analytiques en début et fin de mission est obligatoire.

L’engagement d’une procédure d’alerte par le commissaire aux comptes n’a pas de lien avec ses travaux d’audit.

Les déclarations écrites de la direction formalisent la bonne foi du dirigeant dans sa responsabilité sur l’élaboration des comptes de l’entité.

Le commissaire aux comptes doit signaler par écrit à la direction de l’entité toutes les faiblesses significatives du contrôle interne qu’il a identifiées.

Il n’y a pas de partie relative aux vérifications sur le rapport de gestion et les autres documents remis à l’assemblée, dans le rapport sur les comptes annuels d’une société dispensée d’établir un rapport de gestion.

Dans une mission « ALPE », le CAC recherche les risques financiers, comptables et financiers à mention dans le rapport à destination du dirigeant.