Le chef de mission au coeur de l'audit : 15 situations pratiques

Le département formation de la CNCC vous présente sa formation en liaison avec le commissariat aux comptes sur le thème suivant : Le chef de mission au coeur de l'audit : 15 situations pratiques

Testez vos connaissances en répondant aux 10 questions suivantes

Un refus de certifier conduit nécessairement à une révélation de faits délictueux au Procureur de la République.

La détection d’opérations comptables ne paraissant pas avoir de justification économique doit faire l’objet sans délai d’une déclaration de soupçon à TRACFIN.

La lettre de mission doit être révisée tous les ans pour ajuster le budget de l’intervention.

L’expert-comptable peut faire valoir son obligation au secret professionnel vis-à-vis du commissaire aux comptes.

Les conventions réglementées entre une SA et sa filiale détenue à 100% ne doivent pas figurer dans le rapport spécial.

Il est nécessaire de mettre en place des tests de procédures pour s’assurer de la bonne mise en œuvre des contrôles pertinents pour l’audit.

Une incertitude sur la continuité d’exploitation constitue un des cas obligatoires d’observation en première partie du rapport sur les comptes annuels.

L’opposition de l’entité contrôlée à l’assistance du commissaire aux comptes à l’inventaire physique constitue pour celui-ci une entrave dans l’exercice de ses fonctions.

Lorsque le commissaire aux comptes ne parvient pas à obtenir d’informations suffisantes sur l’identification des bénéficiaires effectifs, il ne peut pas accepter la mission d’audit qui lui est proposée.

Les tests de procédures ont une validité de 3 exercices si aucun changement n’affecte les contrôles.